La réunion se déroule à Mélilot de 14h à 17h30

Sophie assure la facilitation avec Kris, Roland fait le CR (rédaction revue et complétée par Sophie).

Nous sommes 25, les participant.e.s sont invité.e.s à dire leur engagement et intérêt pour le projet c’est très résumé dans le CR.

Elise école Bouton d’or, Orphée parent de l’école, Victor fond de dotation et Philetairus, Claire intérêt pour le projet, Sophie secrétaire fond de dotation démarche, Elise école, Adeline fond de dotation parent, Henri éducation, Roland logement, Hervé parent et projet, Alexandrine Waouh ce projet, Sylvain logement, Aude habiter, Sophie lieu et valeurs, Gaël FD infographie, Myriam intérêt projet nature, Michel habitat partagé, David parent collège, Céline énergie valeurs, Dominique école, Praxède ouverture que ça donne, Frantz bénévole école, Rose-Marie enfant témoin, Sophie facilitatrice valeurs et personnes, Kris intérêt pour tout, Rica école maraîchage.

Le mandala

Les facilitatrices nous proposent de lire les post-it du mandala et de relever  les choses que « gratouillent » ce qui ne nous va pas ou nous pose question.

Sur les ondes électromagnétiques, zone sans onde : Cette question est à l’esprit des concepteurs et ne sera pas oubliée.

«  Plus tard école joyeuse » : il faudrait que ce soit immédiatement.

Une école aux normes : c’est une question de sécurité.

Qu’est devenu le sauvage du lieu ? Les bambous aiguayaient la rue : Le débroussaillage nécessaire a commencé, les sujets à sauvegarder ont été rubalisés et seront sauvegarder, les bambous pourront repousser ailleurs. Une participante dit : « Avoir du soleil c’est important dans ma vie ». Autre participant : « l’élimination des bambous va permettre à de belles espèces de s’épanouir »

Besoin d’un petit logement, lieu pour souffler pour les accompagnateurs de jeunes enfants ou personnes âgées.

La cour de l’école sera fermée.

Il y aura un maximum de 170 élèves au total. Soit 9 classes de 20 enfants, peut-être une MAM en plus.

La question santé et diététique est prise en compte.

Projet d’un resto pour l’extérieur et pour l’école. Il y aura une grande cuisine multi usagers.

La question de la création d’une grande salle avait été imaginée puis abandonnée pour des raisons financières. Il y a la halle aux grains et la salle Nimba.

Le deuxième étage de la maison deviendra 2 logements.

L’intergénérationnel est pris en compte. Les personnes âgées accueillis auront envie d’interaction avec les enfants et l’école. Cet intérêt pour l’interaction est demandé aux habitants.

Il y aura des choix à faire on devra passer du rêve à la faisabilité.

Il y a une contrainte urbanistique mais elle est sensée.

Nous devrons penser aux racines du séquoia au moment des fondations et autres tranchés.

A propos des parkings, il est dit : 


« c’est sain que les enfants marchent avant l’école, c’est une mauvaise idée que le dépose minute ».  « Est-ce nécessaire que les habitants se garent devant leur maison ? », Le PLU de Bagnères impose un parking par logement ce qui n’est pas excessif,  il faudra prévoir en plus ½ parking par classe + 1 par salarié. On peut déroger, mais il faut payer des taxes.

Parking ne veut pas dire bitume, ça peut être cailloux, graviers…

Les parkings  seront groupés, ce ne sera pas chacun devant sa maison.

Il y a des moments où le parking halle aux grains est plein.

Demander 20 minutes aux parents pour déposer leurs enfants c’est un sacré défis.

Il y a d’autres endroits où les enfants peuvent être déposés, coté RAM et coté abattoir.

Il y a une réflexion de sens unique pour cette rue. Le voisin d’en face est élu à l’urbanisme.

On pourrait demander une création de zone à 30 ou zone rencontre à 20 ce serait mieux que le sens unique qui peut provoquer une accélération des voitures, ainsi que la création de trottoirs. Les voitures ralentissent quand elles se croisent.

Actuelement, c’est une dizaine de voitures arrêtées devant l’école. Il y a beaucoup de covoiturage et des enfants viennent à pieds.

S’il y a trois endroits de dépose il faudra 3 adultes.

L’idée c’est qu’il y ait le minimum de voiture sur le lieu et qu’une équipe y réfléchisse. C’est un vrai gros travail cette réflexion sur les voitures sur tout le lieu. 25 places sont prévues sous le séquoia. 

On avait antérieurement décidé d’éviter de partir sur des vieux bâtiments parce que c’est compliqué au sujet des normes.

Là il y a un compromis entre une partie ancienne et une partie neuve. 

Sur les bâtiments multi usages


Sur l’utilisation des bâtiments scolaires investis en tout temps, cela demande de travailler avec l’équipe pédagogique. Nous devons conserver au lieu sa beauté. Une salle qui sert a tout c’est épuisant pour l’enseignant. Trouver quelques espaces polyvalents oui, il y a de l’enjeu à ce propos.

« C’est plus la vision de l’été où ça resterait libre pour des artistes ».

« Cela exige que des personnes gèrent ça ».

Ce sont de bonnes idées qui demandent un investissement humain conséquent, ça nécessite une conscience.

Il faut le faire en cohérence avec les usagers principaux.

Lieux affectés à différents usages mais avec un responsable engagé.

Comment va-t-on gérer les travaux avec la quiétude nécessaire ?

« C’est une des grosses questions »

Il y a une coordination de chantier qui prendra en compte la cohabitation.

Accrobranche, tyrolienne, cabane dans les arbres… est-ce que ce n’est pas une grosse pression sur les arbres ?

Il y a beaucoup de post-it cabanes dans les arbres.

« On peut garder une cabane dans les arbres et même une tyrolienne »

« Ce qui est bien c’est de construire la cabane, une fois construite c’est souvent une cause de conflits »

Idée d’une forêt à vocation pédagogique qu’on pourrait acheter collectivement.

« Nous sommes au début de la construction d’un « nous » »

On fera la prochaine fois des groupes qui travailleront sur une partie du mandala, par exemple l’école ou parc et jardin.

Sur la pédagogie


Pédagogie Waldorf ou pas ? On a besoin de connaitre la position de fond du fond de dotation. « On l’affirme ou on se fait discret ? »

Sur la plaquette qui a été réalisée ça n’y est pas mais ça y sera dans la prochaine.

Est-ce que le collège sera Waldorf ?

Le fond de dotation n’a pas à prendre position sur l’engagement pédagogique.

Il y a des écoles alternatives alentour qui ne sont pas Waldorf mais sont intéressées par le collège.

Sur le troisième acteur 


« Le troisième acteur est l’acteur majeur pour donner de la vie »

Nous avons besoin d’une entité pour tenir notre démarche dans la durée. Il  y a besoin de maturation pour la création, mais ce n’est pas trop tôt d’y mettre une intention dés aujourd’hui.

Il faudra poser les valeurs incontournables. Une charte est à rédiger sur la base du mandala. Il y a besoin d’un espace commun entre les trois entités.

L’association (si c’est une association) ne sera pas exécutante, elle sera co-créatrice.

On a peut-être besoin de plus de travail sur le mandala pour s’engager et donner des priorités. Le risque aujourd’hui c’est de faire peur.  C’est un long processus ce projet, il y a la volonté de rester dans le rythme de la nature et des personnes.

Le FD se réunit à 20H30 tous les vendredis soir. « Vous êtes bienvenus, ce n’est pas un endroit fermé ».